« Une ambiance underground cyberpunk loufoque trash », selon Fabien, de la librairie Decitre Grenoble. Et la libraire qui n’aime ni le trash ni l’underground et ne comprend rien au cyberpunk

a littéralement adoré Street cop, ce petit livre de Robert Coover, illustré par Art Spiegelman.

Un bijou. « Dans un monde changeant à la vitesse d’un jeu de réalité virtuelle, un simple flic doit composer à chaque coin de rue avec toutes les formes de violence d’une société livrée aux crimes les plus divers. Les robots livreurs disputent l’espace aux piétons luttant pour leur survie entre pourvoyeurs de drogues, publicités numériques et drones tueurs de terroristes présumés. Existe-t-il encore une place pour les émotions humaines dans un univers aussi toxique qui ressemble déjà tant au nôtre ? Un flic capable d’empathie dans de telles circonstances ne deviendrait-il pas un danger pour la « fluidité » du système ? Entre film noir et dystopie urbaine, Street Cop place l’humain au coeur d’une enquête policière digne d’un Sam Spade des temps modernes. » Note de l’éditeur.

La Malle aux Histoires se pique de poésie!

C’est vrai, ce n’est pas notre domaine d’excellence, mais après la vitrine imaginée par Mehdi et qui a fort bien fonctionné, voici un ouvrage qui allie prose et poésie et superbe typographie.

La révolution au coeur, aux éditions Le Nouvel Attila.

La révolution au coeur
Un livre oublié dans un cinéma par sa lectrice prend vie et se met à disperser son encre et ses caractères aux quatre vents. Il contamine tout le monde de son étrange alphabet et sème la révolution. Mais les autorités s’inquiètent et le livre se retrouve derrière les barreaux. C’est sans compter Lui et Elle, qu’un mystérieux sortilège unit, et qui vont tout tenter pour le sauver. Un conte magique en hommage aux poètes russes du XXe siècle, Akhmatova, Maïakovski et Pasternak en tête !

C’est où? C’est loin…. Carrément de l’autre côté du monde. Vitrine Vent des îles,

éditions basées à Tahiti.

Et voici quelques titres qui nous ont particulièrement plu:

Free love, érotisme et traditions à Samoa,

La trilogie tahitienne L’arbre à pain, Le frangipanier et Tiaré, le cadeau idéal à (s)’ offrir à Noël,

Pina, un autre roman tahitien, sur la face sombre des îles,

Potiki,

Le patriarche, chronique amusée d’une famille maorie et de son chef de famille à l’égo démesuré,

Sourde colère, où un journaliste célèbre d’origine aborigène parle de son vécu de colonisé dans son propre pays,

Les enchaînés, une vie de bagnards en Nouvelle-Calédonie,

Et le dernier livre de Titouan Lamazou, illustré par lui-même évidemment mais avec des interviews fort intéressantes de Polynésiens réalisées par sa fille journaliste et documentariste.