Les coups de coeur de février

Un roman érotique, De la vie d’une chienne,

Un roman en vers libres sur les débuts du foot féminin en pleine première guerre mondiale, Le ladies football Club,

Deux autres centrés sur la vie de famille, chaleureuse et envahissante, à Luanda et à Papeete, Tiare et Grand-mère Dix-Neuf et le secret du Soviétique,

Un roman américain très plaisant écrit entièrement sous forme de listes, Le monde selon Dan. Ce pauvre Dan qui de prof est devenu libraire, cache ses problèmes financiers à sa femme, attend son premier enfant et essaie d’organiser sa vie en faisant des listes.

Un roman français, désopilante satire des différentes modes de développement personnel, Le bonheur est au fond du couloir à gauche.

Et pour la première fois de sa vie, la libraire s’intéressa au foot!

Que dis-je? Adora le foot tant le roman de Stefano Massini est drôle et percutant!

Le ladies football club.

Le ladies football club par Massini

« Entre la mauvaise foi des pères frères,maris et la ténacité des mères, soeurs, filles se joue le match du pouvoir , de la légitimité!
Véritable sacoche littéraire menée par un dribble en vers libres qui vient marquer dans la lucarne du patriarcat, le Ladies Football Club c’est de la Bombe! » Librairie Quai des brumes.

Stefano Massini est également l’auteur du génial Les frères Lehman.

La vitrine Saint Valentin s’en va, La Musardine demeure!

En effet nous allons garder encore quelque temps les livres que nous avait conseillés la directrice éditoriale de la maison.Car…..

« La Musardine assume sans complexe une politique éditoriale frondeuse et militante. Convaincu que l’évolution des mœurs passe aussi par le livre, elle porte sans rougir le flambeau de la sexualité libre et décomplexée sans craindre de se heurter aux cerbères de la morale et de la bienpensance. De la pédagogie coquine des guides « Osez » aux pamphlets engagés en passant par les brûlots pornographiques aptes à choquer le bourgeois, La Musardine et ses auteurs mènent le combat sur tous les fronts ! »

Et vient de paraître un petit livre plein de charme et doté d’un drôle de titre. En pile à la librairie.

Il est 14 heures, j’enlève ma culotte.

Les lamentations du coyote, deuxième roman du Portoricain Gabino Iglesias

« [ A la Otredad. A las fronteras. A los exiliados ]
Gabino Iglesias c’est l’hyper réalisme qui rencontre la magie. C’est l’ultra violence de la société américaine qui se teinte du syncrétisme religieux mexicain.
Moins tarantinesque que « Santa Muerte » mais selon moi plus profond, « Les lamentations du coyote » nous amènent dans la zone de la frontera, entre Mexique et USA, une zone de non droit.
Un roman mosaïque qui à travers divers personnages va aborder la politique migratoire Trumpiste, les gangs, la misère, le trafic d’enfants, le regard des hommes blancs sur le corps des femmes noires…
On retrouve le style à la fois simple, visuel et viscéral de l’auteur et ce rythme qui lui est propre, capable de vous emporter en quelques pages. C’est direct, rageux, brutal, sans filtre, très noir, très bon. »
(Critique de Madame Tapioca sur le site de Babelio)

Essais: les recommendations de Jérôme

Un hamster à l’école, un livre de prof’ : »34 ans… non… si je compte la fac, 5 ans de plus… et le secondaire, 7 ans… et l’école, 5 ans… et la maternelle : + 2… 53 ans que, élève, étudiante, enseignante, je suis dans l’Éducation nationale. De la disparition de l’estrade à l’arrivée du numérique, des concours aux cantines, des mutations insidieuses aux réformes à marche forcée, ce livre tente une traversée de l’institution — sans se retenir d’en rire, et en tâchant de ne pas trop en pleurer. »

MAJOR MOUVEMENT : Mes 10 clés pour un corps en bonne santé

Major mouvement un livre de kinésithérapeute. Mal de dos, prise de poids, douleurs chroniques: il suffit de savoir se servir de son corps. Avec des exemples d’étirements si faciles qu’on peut les faire sur son canapé!

Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie, une biographie étonnante. Né à Bordeaux en 1780, embarqué à 15 ans sur un baleinier, s’enfuit lors d’une escale aux Marquises, s’y marie, repart à bord d’un bateau russe, et….sa vie aventureuse et imprévisible continue.