Click and collect. Rappel.

Non seulement il est possible de venir chercher les commandes déjà effectuées, mais aussi de faire de nouvelles commandes en passant par Librairies93, le site de l’Association des libraires de Seine Saint Denis.

Et pourquoi ne pas en profiter pour glaner quelques idées de lectures en cliquant sur la vitrine Malle aux Histoires?

Nouveautés policières :

Un nouveau Ricciardi, le commissaire favori de notre blogueur favori, Jean-Marc Lahèrerre d’Actu du Noir.

Des phalènes pour le commissaire Ricciardi.

Un nouveau Craig Johnson : Une évidence trompeuse.

Un nouveau Don Winslow, un recueil de 6 novellas où l’on retrouve avec la plus grand plaisir certains de ses héros précédents. La quatrième de couv’, (certainement une fois encore écrite par un/e qui n’avait pas lu le livre) n’évoque que la première nouvelle, effectivement fort sombre. Les autres sont plus légères et même carrément drôles.

Le prix de la vengeance.

Et bien sûr, last but not least, le dernier roman de notre flic préféré Olivier Norek.

Impact.

En attendant de plus amples informations Covid,

ouverture autorisée des librairies ou click and collect? nous vous invitons à vous rendre sur le site de l’Association des Libraires de Seine Saint Denis afin de commander les ouvrages qui vous intéressent ou simplement trouver des idées de lecture sur la fenêtre La Malle aux Histoires.

Souhaitons-nous à tous un confinement littéraire!

Achèteriez vous des livres dans une baignoire?

Encore plus pittoresque, dans une gondole? et bien sûr c’est à Venise.

Et dans cette librairie de rêve, pourquoi ne pas lire L’amant sans domicile fixe? Pas le mieux écrit des romans certes, mais une histoire intrigante pour lecteurs romantiques.

Choisir des livres sous terre? Dans une  mine d’opale? Et là, lire Le blues du troglodyte de l’Australien Kenneth Cook.

dans un bar, un verre à la main

ou encore dans un superbe décor Art Déco

dans une église gothique?

« Bref le monde qui s’écrit c’est Amazon et le monde qui meurt c’est celui que vante l’article. »

L’article, c’est celui paru dans Le Monde à propos des librairies: Rêve de gosse ou déclic post-confinement, le métier de libraire suscite toujours plus de vocations.

Bref on n’a pas le choix?

« A l’heure de la vente en ligne, en dehors de quelques spécialistes du livre ancien, on se demande bien ce qui justifie cet engouement boboïde pour le « petit libraire de quartier » (à dire en se pâmant).

Il ne viendrait pourtant à l’idée d’aucun être raisonnable d’aller se faire conseiller un bouquin par un libraire. D’une part s’il a fait ce choix de métier c’est qu’il n’a pas le jugement très sûr. D’autre part il n’a certainement pas lu toute sa librairie. Enfin il est commerçant avant tout, donc aussi objectif qu’un vendeur de matelas.

Ne parlons même pas de la littérature spécialisée… quelqu’un qui est un crack en finance préfère en général la banque d’affaires et ses agapes à la librairie et aux pâtes au beurre.

Bref le monde qui s’écrit c’est Amazon et le monde qui meurt c’est celui que vante l’article. »

« Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. »

« Ce n’est pas parce qu’en hiver on dit: « Fermez la porte, il fait froid dehors », qu’il fait moins froid dehors quand la porte est fermée. »

« Concierge souhaite une loge au sixième étage pour descendre le courrier au lieu de le monter ».

Retrouvez les pensées de Pierre Dac sur le site de Librairies93, et l’expo qui lui est consacrée, au Musée d’Art Juif.

« Rien n’est jamais perdu tant qu’il reste quelque chose à trouver. »