Le livre est-il un produit essentiel?

C’est évident pour les libraires que nous sommes. Est-il essentiel au point que des livreurs risquent leur vie pour en livrer?

Certainement pas.

Alors pensons aux chefs-d’oeuvre de la littérature disponibles libres de droit sur Internet!

Sus aux classiques!

Et n’oubliez pas de signer la pétition contre la vente de produits non essentiels par Amazon.

1939: « Redevenir banquier, bon citoyen et honnête homme! Quel rêve! »

« Ce rêve était destiné à rester un rêve. Bientôt, Thomas serait libéré du remords d’avoir travaillé pour les Français contre les Allemands. Bientôt il travaillerait pour les Allemands contre les Français. Puis, de nouveau pour les Français. Puis pour les Anglais. Puis, pour tous les trois. Puis, contre les trois. La démence n’en était qu’à ses débuts. »

On n’a pas toujours du caviar,  roman d’espionnage très divertissant de l’auteur allemand Johannes Mario Simmel.

L’Inde vue par les Indiens:

Le vendeur de saris. Un livre profondément émouvant.

La vie troublée d’un tailleur pour dames. Très amusant, plein de pittoresque et de personnages attachants.

Le colis. Un roman dur, dérangeant.

Le tigre blanc, l’histoire d’un Rastignac indien.

Haroun et la mer des histoires. Notre roman préféré parmi les oeuvres de Salman Rushdie, tout le merveilleux du conte oriental.

Le guide et la danseuse, de Narayan, auteur magnifique dont malheureusement tous les titres ne sont pas disponibles en ce moment.

Grand-père avait un éléphant.

Maintenant que j’ai 50 ans. 11 nouvelles sur des femmes qui fêtent leur cinquantième anniversaire. Un aperçu de ce que c’est qu’être une femme en Inde, d’une classe sociale à l’autre.

 

 

« C’est décidé! Je (ne) pars (pas) en Inde ».

Coronavirus, pollution aérienne et autres raisons, (excuses?) pour ne pas y aller?  Place à l’imaginaire!

Nous devions tenir cette année le stand dédié à l’Inde, invitée d’honneur du Salon du Livre à la Porte de Versailles. Salon annulé, vitrine maintenue.

Voici quelques titres, de ceux que gardons précieusement dans notre fonds, et qui vous immergent dans cet immense sous-continent.

Pavillons lointains, c’est l’Inde du raj, raconté par une Anglaise qui y a vécue toute sa vie.

Les plus belles mains de Delhi, c’est l’Inde du touriste, celle d’un Suédois dépressif qui reprend goût à la vie en découvrant ce pays.

Maharajah, encore un roman historique et d’aventure.

Tout cela, c’est l’Inde exotique dont chacun rêve. Et l’Inde vue par les Indiens?