« Quand j’étais enfant, je savais toujours où j’allais – ailleurs- et aussi vite que possible. A présent, je ne faisais plus qu’aller et venir, entre nulle part et nulle part. »

« Avec le canon de son fusil, il m’a fait signe d’approcher. Connaissant George et les us du désert, c’était ce qui ressemblait le plus à une poignée de main. »

La route 117.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s