Vitrine chiens: outre les méthodes pour rendre son chien heureux

ou intelligent ( si si il existe des exercices de sport cérébral pour chiens!), voici quelques titres de bons romans:

En attendant Doggo, une petite comédie très sympa à propos d’un malheureux Londonien qui perd à la fois son boulot et sa copine, la dite copine lui laissant son chien, un cabot moche et de surcroît hargneux. Tout finira par s’arranger,  grâce au chien!

Le fidèle Rouslan, un témoignage de l’horreur des camps soviétiques en Sibérie, vu par les yeux d’un chien.

Au fond de la poche droite, l’histoire d’une très belle amitié entre une petite chienne et un moine solitaire sur une île grecque.

Passeport! Halte aux écrivains migrateurs.

Non seulement ils changent de pays, mais ils changent de rayon dans la librairie en fonction de l’humeur des libraires selon leur langue, leur origine ou le pays dont ils parlent.

Ainsi, Kamel Daoud. Maghreb ou France? Fouad Laroui? Yasmina Khadra?

Kundera, qui traduit ses romans tchèques en français.

Fatou Diome: France ou Afrique?

Amin Maalouf? France ou Moyen-Orient? Salman Rushdie: Pakistan ou Grande-Bretagne?

Le pire de tous étant le Prix Nobel Naipaul, né à Trinidad de parents indiens, sujet britannique, et qui a écrit sur son île d’origine, l’Afrique centrale et l’Inde. (entre autres!). Nous nous garderons bien de nommer une célèbre librairie parisienne qui l’a classé parmi les écrivains indiens. Alors on classe les écrivains par « race » maintenant?

Cela dit, nous étions bien contents de voir que nous ne sommes pas les seuls à qui se pose ce genre de problème!

 

 

 

Nouvelles du front: pas demain mardi,

mais mercredi, tout sera en place, c’est promis!

En attendant, pourquoi ne pas se pencher sur une nouvelle petite collection de cinéma?

Le premier livre est consacré à l’acteur Marlon Brando et écrit par un journaliste de So Film: Les stars durent 10 ans.

Petite précision: ne venez pas le chercher demain, nous serions bien en peine de le retrouver!

On cause on cause, mais un blog de librairie,

c’est fait pour parler de livres. Par exemple, d’un voyage de 4 mois d’un jeune journaliste à travers l’ex-URSS. Fait curieux, nous l’avons d’abord rencontré – un verre de vodka à la main bien sûr – et écouté. Puis en lisant le livre, je me suis dit: il écrit comme il raconte, avec le même naturel et le même enthousiasme.

Quelques jours plus tard, nous nous retrouvons avec Christophe Grossi qui travaille pour Arthaud. Lui avait lu le livre avant de rencontrer l’auteur. Et il nous dit: il parle comme il écrit!

Les routes de la vodka, aux éditions Arthaud, de Nicolas Legendre.

Et toujours pour les amateurs de récits de voyage, à vélo cette fois-ci, Sur la route du Danube, chez Stock.

On y est presque!

Les bibliothèques sont pratiquement remontées, les livres ont retrouvé leur place, reste à organiser l’espace central. On y met quoi?

Réponse mardi prochain. Mais autant vous prévenir tout de suite: ça risque de pas mal changer au cours des prochains mois, le jeu des chaises musicales étant l’un des préférés de la maison!