24-12: trois livres qui parlent de femmes:

Un roman d’abord: son titre est un peu niais mais il est très évocateur de la lente prise de conscience d’elle-même d’une jeune paysanne tatare prise dans les remous de l’histoire, ici, la déportation des koulaks en Sibérie. Coup de coeur 2017, 2018, 2019 ……Tout simplement magnifique.

Zouleikha ouvre les yeux, aux éditions Noir sur Blanc.

Une biographie romancée de la poétesse iranienne, Forrough Farrokhzad, 1935-1967 : L’oiseau captif. Passionnant aussi bien par la personnalité de la jeune femme que par l’évocation de l’Iran entre traditions ancestrales et la modernité imposée par le nouveau monarque.

Une autobiographie: Ici les femmes ne rêvent pas, écrite par une Saoudienne émigrée en Allemagne.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s