Voici un livre que nous n’avons pas réussi à bien vendre à notre grand dépit:

La mémoire du thé, de l’auteure américaine Lisa See.

Sans être une oeuvre littéraire de premier plan, c’est une histoire passionnante qui parle du thé, de la culture du thé dans le Yunnan, des minorités ethniques, des collectionneurs de thé, du commerce du thé, des vertus curatives du thé, de la transformation de la Chine, de l’adoption internationale, tout cela à travers l’histoire  d’une fille originaire des montagnes. On apprend plein de choses et on ne s’ennuie pas une seconde!

« Aussi logique, aussi gestionnaire, aussi directive que n’importe quel homme – perdant ainsi la moitié de son charme féminin – nous ne pouvons pas produire les mêmes résultats qu’un homme de même capacité. » Vraiment?

C’est en tout cas ce que l’on pensait à l’époque victorienne des femmes bibliothécaires.

Et ce que certains attardés pensent encore aujourd’hui.

Oui à la féminisation des noms! Cependant,

l’affaire se révèle parfois compliquée ou dérangeante.

On dit un danseur, une danseuse. Un footballeur, une footballeuse.

On dit un sénateur, une sénatrice. Un aviateur, une aviatrice.

Un  enchanteur. Une enchanteresse.

On écrit une professeur ou une professeure.

Alors que fait-on de ce qui nous concerne particulièrement en librairie, les auteurs?

Autrice? (recommandé en Suisse)  Auteuse? Auteresse? Auteur? Auteure? (préférée au Québec)

Nous n’avons personnellement pas encore tranché. Heureusement, il existe des romancières!

 

Deux « rattrapages » d’été à ne pas manquer:

Une place à table, de l’Américain Joshua Halberstam, aux éditions de l’Antilope.

C’est le troisième livre de cette maison consacrée à la culture juive pour lequel nous avons un coup de coeur, après Le nez juif et Donne-moi encore cinq minutes.

De purs hommes, de l’écrivain sénégalais Mohamed Mbougar Sarr.

(Il semblerait que certains sites soient difficiles à joindre. La critique d’Une place à table se trouve dans le blog de Maurice-Ruben Hayoun, publié par la Tribune de Genève.)

(Et celui de l’Antilope se trouve dans ActuaLitté.)