Un recueil plein de fantasy:

Le rhinocéros qui citait Nietzsche, de Peter Beagle. Folio SF.

« Une enfant bien élevée », commenta le rhinocéros. On en voit si peu ici. La plupart d’entre eux passent leur temps à lancer des projectiles. »

La bouche sèche, la voix tremblante mais contenue, le professeur Gottesman demanda avec prudence: » Dîtes-moi, si vous le voulez bien…Tous les rhinocéros peuvent-ils parler ou est-ce réservé à l’espèce indienne? » Il regretta amèrement d’avoir oublié son calepin.

« Je n’en ai aucune idée », lui répondit le rhinocéros avec candeur. Moi-même je suis une licorne. »

 

Extrait d’une autre nouvelle, Lilas le loup-garou.

Le héros vient de retrouver son chien égorgé.

« La cafetière chuintait toujours quand il revint dans l’appartement: il trouva cela extrêmement curieux. Des loups-garous et des percolateurs en Pyrex pour 9 tasses pouvaient sans doute exister séparément, mais avoir les deux en même temps paraissait incongru. »

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s