Parfois sordide, parfois terriblement émouvante, souvent drôle et surtout REMARQUABLEMENT écrite : Crapalachia,( traduction: Cacappalaches) biographie d’un lieu: une espèce d’autobiographie

de l’Américain Scott McCLANAHAN, aux éditions Cambourakis.

« En tout, ils étaient treize. Les gamins avaient tous des noms qui se terminaient par des sons en Y. Il y avait Betty et il y avait Annie, il y avait Stirley et il y avait Stanley, il y avait Leslie et il y avait Gary, il y avait Larry et il y avait Terry.

« J’aime les noms qui se terminent en I », m’a dit Ruby.

Ils ont tous grandi en Virginie-Occidentale à Danese, à manger des mûres pour le petit déjeuner et à manger des mûres pour le déjeuner et à regarder la neige passer sous la porte en hiver. Bordel de merde qu’est-ce qu’y fait froid. »

Pas encore de critiques en français, mais celle du New-York Times très juste.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s