Entre La lettre à Helga et Entre ciel et terre, un nouveau roman islandais chez Métailié:

Il n’en revint que trois, de Gudbergur Bergsson. On retrouve un peu du style répétitif, hypnotisant de Stefansson et l’évocation d’une nature dure, tandis que l’approche historique rappelle celle de Birgisson: comment ce petit pays a-t-il vécu (ou survécu) aux changements apportés par le monde extérieur?

Je dois avouer ma perplexité face à certains choix de l’auteur, pas de prénoms pour nommer les personnages -le Gamin, le Fils etc- un titre intriguant, le rôle positif accordé aux étrangers (pas américains!) face au côté sombre des Islandais, mais c’est assurément un livre auquel on repense. Et les dernières réflexions sur les grandes sagas laissent rêveur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s